top of page
  • Photo du rédacteurFlotille

Réflexion sur la colère


Les poings dans ma poche, j'ai vite jugé la violence comme un fruit de la peur ou de l'incapacité à mettre des mots sur un ressenti. Et je l'ai écartée pour mieux éviter de la regarder.


Ma colère peut faire exploser mes barrières et permettre la naissance d'un nouvel être.

Et la violence peut être énergie de vie qui ne demande qu'à s'exprimer.


Ma colère est vitale. Elle exprime un besoin à satisfaire.

Alors je peux choisir d'accepter, d'accueillir, de mettre des mots sur ce que je ressens. Je développe ma conscience et ma pensée. Et finalement je m'ouvre à l'autre.



Les poings dans ma poche, je réalise que je peux nourrir mes besoins avec intégrité. Avec honnêteté.

Je n'ai plus peur de ma colère et de la violence qu'elle peut engendrer. Je veux ressentir l'énergie vitale qui cherche à s'exprimer à travers cette colère : crier, frapper!

Et je l'accueille afin de pouvoir m'écouter.


Florence Tornier

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Kommentare


bottom of page