top of page
  • Photo du rédacteurFlotille

Équilibrer ses émotions et son corps


Merci à Vincent Pollet, naturopathe, pour son partage !

(reproduction de sa page facebook)


Comment la culture chinoise associe-t-elle émotions, organes, saisons et éléments ?


Les disciplines de la métaphysique chinoise ont pour principal outil la théorie des 5 éléments qui sont le Bois, le Feu, la Terre, le Métal et l'Eau. Tout ce qui est manifesté dans nos vies peut être rattaché à l'un de ces 5 éléments : ainsi des émotions qui, à chacune, va correspondre un élément.



1- La Colère, élément Bois, organe Foie (Saison du printemps)


On peut définir la colère comme la manifestation exacerbée d'un désaccord en lien avec le sentiment de ne pas être respecté et entendu dans sa singularité. Il faut distinguer la colère extériorisée, exprimée, de la colère intériorisée, non exprimée.

La colère extériorisée est centrifuge ; elle a tendance à s’extérioriser et à faire monter l'énergie dans le corps de manière excessive. Elle peut déclencher des montées de Yang du Foie par exemple. Des facteurs pré-disposants peuvent en faciliter la survenue. D'une part un foie trop tendu, trop Yang (stress, hygiène alimentaire, manque d'activités physiques...) et d'autre part, un vide de Yin du Foie (fatigue, surmenage, excès d'écrans...) qui ne sera plus en capacité d'ancrer le Yang.

La colère intériorisée est, elle, centripète. Elle fait stagner le Qi (l'énergie vitale) et donc le Sang. On considère généralement qu’une action centripète est plus nocive qu’une action centrifuge pour l’organisme. Cette colère non bénéfique, nocive :

- est le plus souvent violente dans ses modes d'expression (paroles, gestes...),

- est généralement disproportionnée,

- manque de compréhension et de respect pour la position ou l'attitude d'autrui.

Il existe toutefois, comme pour les autres émotions, une colère bénéfique, positive. C’est la juste colère, non disproportionnée, qui permet à la personne de ne pas se laisser envahir, de poser des limites, de dire stop quand c’est nécessaire, de se respecter et de se faire respecter. Elle nous permet de nous positionner sans agresser l’autre ou le dénigrer. Cette dernière est :

- proportionnée à la situation vécue,

- juste et nécessaire;

- calme dans son mode d'expression,

- respectueuse de l'autre et ouverte au dialogue et à la compréhension respective.

C'est donc ce second versant de la colère qui devra pouvoir se manifester quand c'est nécessaire et qui participera à sa façon à la régulation et à l'équilibre des autres émotions.


Le Bois : garder l'équilibre

1. La première qualité liée à cet élément est la patience. D'ailleurs, un des signes les plus caractéristiques d'un déséquilibre du Bois chez une personne est l'impatience exacerbée et l'irritabilité. L'arbre, qui symbolise le Bois, met des années à pousser, à grandir. Cultiver la patience, respecter les rythmes de la nature, attendre le bon moment pour récolter les fruits de la Vie sont de nature à équilibrer le Bois.

2. Le Bois est aussi une énergie d'élan, d'impulsion et de créativité, en résonance avec le renouveau et la renaissance. Il est donc important pour équilibrer le Bois d'avoir des projets, de se fixer des objectifs, d'essayer de concrétiser quelques-uns de ses rêves. Le Bois a besoin d'espace pour se déployer. L'isolement, le repli sur soi, la routine, le manque de mouvements, de changements contribuent à déséquilibrer cet élément.

3. La générosité, le partage sont en résonance également avec le Bois. L'arbre donne ses fruits chaque année sans compter et sans rien attendre en retour. Donner, recevoir, transmettre, partager ses expériences, ses connaissances fluidifient l'énergie du Bois. A l'inverse, l'avarice, la rétention, le non partage bloquent le Bois.

4. Le courage que l'on relie à la Vésicule Biliaire est encore une qualité Bois que l'on peut stimuler pour travailler sur cet élément. On ne parle pas ici de témérité ou de prise de risques inconsidérée mais juste d'être en capacité de sortir de temps en temps de sa zone de confort en se fixant des objectifs atteignable qui nous permettront de gagner en confiance.

5. Enfin, tout comme l'arbre croît vers le ciel en quête de lumière, il y a aussi dans l'élément Bois une forte aspiration pour grandir en verticalité, se connecter à la part la plus lumineuse de soi même. Le Bois incite au développement personnel et à l'épanouissement de sa source lumineuse.


2- La Joie, élément Feu, organe Cœur. (Saison de l'été)

La joie excessive provoquée par des événements extérieurs est en général nocive. Elle aura un impact défavorable sur votre organe Cœur. Cette Joie disperse l'énergie. Elle peut entraîner des symptômes de type Feu du Cœur avec des troubles du SHEN (Esprit) parfois importants. Une première porte est donc ouverte ici aux maladies mentales et émotionnelles, si fréquentes dans notre monde hystériquement matérialisé. Cette Joie dans son versant négatif a 4 caractéristiques majeures :

-elle est éphémère car elle manque de profondeur et d'amplitude;

-elle s'échappe très vite en quelque sorte faute d'un ancrage suffisant;

-elle est conditionnelle car liée ou provoquée par un élément ou un événement extérieur;

-elle a besoin d'être renouvelée.

Prenons ici l'exemple de la Joie provoquée par des achats de biens matériels. Passée l'excitation de la nouveauté, il est évident qu'il faudra renouveler l'expérience pour à nouveau stimuler cette Joie qui vient de l'extérieur.

-Elle crée enfin souvent des formes diverses de dépendance. Prenons ici l'exemple de la Joie de l'amoureux provoquée par la présence de l’Être aimé. La dépendance affective n'est jamais très loin de cette forme de Joie extérieure qui s'éteint quand son point de focalisation s'éloigne de notre périmètre de vie.

La Joie bénéfique, celle qu’il convient de développer, vient de l’intérieur, provoquée par le contentement de l’Être, sans aucun lien avec un événement extérieur. Elle est plus contemplative qu’active. C’est une forme de rayonnement intérieur qui va irradier et qui va baigner toutes les cellules, une plénitude intérieure qui va nourrir l’âme et l’esprit. Elle aura quant à elle plusieurs caractéristiques à savoir :

-elle est autonome, peut se ressentir en tous lieux et en toutes circonstances, dans la solitude comme dans le partage avec Autrui,

-elle ne dépend en aucune manière d'une circonstance extérieure qui viendrait la provoquer ou la nourrir,

-elle s'exprime à travers la gratitude, ressenti lié à l'énergie du Feu en résonance avec le fait que nous n'avons besoin que du minimum pour apprécier pleinement toutes les facettes de l'existence. Ce n'est pas une philosophie minimaliste mais plutôt l'apprentissage d'une sobriété heureuse.

-Elle est liée à la confiance en la Vie, à la conviction profonde que tout va bien et que tout est en ordre dans le Cosmos. C'est une Joie assez taoïste en résonance avec notre capacité à nous émerveiller et à percevoir la Beauté qui nous entoure.

Cette Joie bénéfique répondant aux caractéristiques détaillées ci-dessus aura un impact favorable sur votre Cœur mais également sur toute votre énergie Feu. Dans un BAZI, quand le Feu est faible et doit être stimulé c'est vers ce type de Joie qu'il convient d'inviter la personne à se diriger.


Le Feu : garder l'équilibre

Le Feu est irradiance, chaleur, lumière, légèreté et subtilité...

Comment cela peut il s'incarner dans nos vies?

1. La première attitude en résonance avec le Feu est celle du plaisir.... faire plaisir, se faire plaisir... C'est ici la faculté d'apprécier les plaisirs quotidiens, de se les autoriser surtout sans culpabilité. C'est aussi et surtout le plaisir de vivre et la gratitude ressentie pour ce qui nous est donné et ce qui nous entoure.

2. Le Feu est chaleur... réchauffer, encourager, apporter du réconfort, soutenir.. sans étouffer toutefois et sans brûler l'autre par son incandescence.... sont des attitudes que l'on peut partager avec notre entourage familial ou amical et qui sont de nature à équilibrer cet élément.

3. Le Feu est aussi lié à la passion, à l'enthousiasme. Il sera donc important ici d'avoir des passions, de les vivre intensément, de pouvoir les partager. De s'enthousiasmer, de s'émerveiller.

4. Le Feu est aussi en lien avec l'énergie de l'Amour. Recevoir de l'Amour, en donner. L'assèchement en ce domaine, le plus souvent d'ailleurs dans un souci de protection excessif, affaiblit l'énergie du Cœur. Il faut veiller à ce que cet Amour soit toutefois le plus large possible, le plus dilaté... Réserver son Amour à un seul Être peut être source d'une dépendance affective qui peut occasionner des grosses souffrances.

5. Il est aussi très sain pour équilibrer son Feu de s'habituer à mémoriser, d'entretenir sa mémoire. Apprendre un poème qui vous plaît, quelques citations qui vous parlent... l'expression apprendre par cœur n'est sans doute pas le fruit de hasard.

6. Le rire, l'humour sont des attitudes qui peuvent aussi équilibrer le Feu. Attention aux environnements trop anxiogènes, aux personnes trop pessimistes ou négatives, de nature à affaiblir fortement votre Feu intérieur.

7. Enfin, le Feu est guidance... montrer le chemin, accompagner ceux qui sont dans la difficulté, conseiller, faire profiter les autres de votre expérience sont en résonance avec la lanterne éclairant le chemin qui est aussi caractéristique du Feu.



3- L'excès de Pensée ou Cogitation, élément Terre, organe Rate.

(5ème saison, arrière-saison)

Le versant négatif de la pensée mentale a tendance à nouer le Qi, à le ralentir. Dans cette hypothèse, la personne ressasse, rumine. Son mental tourne en boucle sur les mêmes sujets de manière obsessionnelle.

Cette pensée mentale excessive, cette rumination a plusieurs caractéristiques :

- il s'agit le plus souvent d'une non acceptation de ce qui Est. C'est une forme de résistance au Présent, à ce qu'il nous propose de vivre et d'expérimenter. Il y a un décalage entre ce qui Est et ce que la personne voudrait. Ce qui provoque soucis, ruminations, cogitations...

- Il y a une forme de passivité dans cette posture émotionnelle. On ne cherche pas forcément une issue, une solution. On préfère le plus souvent accuser la malchance ou pointer du doigt les affres du destin. La personne est souvent enfermée et figée dans des attitudes limitantes et psychorigides qui l'empêchent d'avancer et d'évoluer.

- Il s'agit aussi le plus souvent d'un stress d'anticipation qui focalise sur des choses virtuelles, susceptibles de se manifester mais non encore véritablement incarnées. En clair, la personne imagine le scénario du pire susceptible d'être engendré par la situation qui la préoccupe. Les études en psychologie réalisées sur le sujet tendent d'ailleurs à démontrer que nos soucis et nos angoisses concernent le plus souvent des scénarios que nous anticipons, des réalités imaginées mais non encore véritablement incarnées.- Enfin, nous sommes souvent ici en présence d'une stratégie de repli dont le but est de nous déresponsabiliser d'une situation donnée. Dans cette configuration, la cause des problèmes est toujours à l'extérieur. La personne évite de se remettre en question et pointe du doigt des facteurs qu'elle ne maîtrise pas pour expliquer ses problèmes. On cherche un coupable.

Ce type de souci, de réflexion excessive, affaiblit la Rate et peut entraîner tout ou partie des symptômes d'une déficience de cet organe (problèmes digestifs, fatigue, selles molles, douleurs musculaires...).

Que peut signifier alors le bon souci, la pensée mentale bénéfique? Il s’agira ici de la capacité à se remettre en question, à réfléchir sur ses actes, sur son comportement pour avancer dans la vie. Cette introspection constructive doit déboucher sur des décisions, des impulsions pour faire évoluer la situation. On entrevoit la sortie du tunnel en étant acteur d'une situation donnée.Cette réflexion positive et constructive doit aussi remplir plusieurs paramètres :

- elle doit être enrobée d'humilité. On accepte sa part de responsabilité dans ce qui nous arrive et dans ce qui nous préoccupe. La cause n'est pas en dehors de nous mais en nous. Ce qui nous pousse à une introspection pour tenter de comprendre notre état émotionnel et les vrais raisons de nos préoccupations profondes.

- Il s'agit ici d'une démarche beaucoup plus active. Elle vise à rechercher des solutions concrètes dans lesquelles nous serons acteurs et partie prenante. La solution n'est plus ailleurs et aléatoire mais en nous et elle nous redonne une plus grande part de liberté.

- Cette démarche plus positive nous focalise sur des problèmes concrets, plus réels, qu'il est dans notre capacité de prendre en charge et de gérer.

- Elle implique enfin d'adhérer à une forme de lâcher prise que l'on pourrait résumer ainsi par la célèbre formule stoïcienne «il y a des choses qui dépendent de nous et il y a des choses qui ne dépendent pas de nous ». Quand la Terre est faible dans un thème, meurtrie ou qu'elle a tout simplement besoin d'être équilibrée, c'est ce type d'attitudes qu'il faut essayer de mettre en place. Dans la mesure où, comme vous le savez déjà, le Feu nourrit la Terre, vous pourrez tout à fait conseiller en parallèle les attitudes de la joie positive exposées dans l'article précédent sous la réserve bien évidemment que ce Feu ne soit pas trop puissant ou trop défavorable dans le thème au départ.



La Terre : garder l'équilibre

La Terre est enveloppante, protectrice. C'est elle qui nous nourrit et qui nous accueille dans cette vie incarnée. On parle souvent de Terre Mère à son sujet. Pour équilibrer sa Terre, plusieurs attitudes positives sont possibles.

1. Toute ce qui accentue notre ancrage, notre enracinement sera bénéfique. Du jardinage, des contacts réguliers avec la Nature ou avec nos compagnons les animaux sont susceptibles de renforcer notre résonance avec cet élément.

2. La Terre est aussi liée au temps, le temps qui passe et qui nous échappe parfois. Donner le temps au temps, prendre son temps, ralentir nos rythmes de vie parfois trépidants. Cela n'exclut pas l'action mais il s'agira ici d'une action portée au bon moment, à bon escient et en lien avec nos besoins profonds. Quand la Terre est déséquilibrée (une Terre trop forte dans un thème par exemple), on peut parfois basculer dans l'apathie, l'immobilisme et la résignation.

3. Si la Terre est protectrice et enveloppante c'est qu'elle a aussi le sens du pardon. Pardonner ce qu'on a parfois ressenti comme injuste et le faire d'abord pour soi même afin de transformer nos expériences du passé en occasion de vraiment grandir et de devenir ainsi plus mature. La maturité est en effet reliée à la Terre, en résonance avec l'arrière saison, le moment où les fruits sont les plus matures, juteux et succulents.

4. La Terre est enfin l'élément du passé. Pas un passé nostalgique mais plutôt le respect de ce qui nous précède, de nos racines familiales, des valeurs apprises et qui nous ont construit pour une part importante. Respecter et cultiver de manière équilibrée et non enfermante ce passé, être en paix avec lui sont de nature à favoriser l'équilibre de la Terre.Cet équilibre est en fait primordial car la Terre est l'élément qui est relié à notre système digestif et qui participe donc amplement à la fabrication du Qi et du Sang dont nous avons besoin pour vivre et être en forme.

La Terre ne doit pas être trop sèche, trop brûlée par l'excès de Feu (hyperactivité, dispersion, passions déraisonnables et excessives...) mais elle ne doit pas non plus être trop humide. L'Eau en excès la noie et la rend improductive. Ce qui implique aussi une bonne gestion de ses émotions et une capacité réelle à prendre du recul, à ne pas finalement se noyer....dans un verre d'Eau.


4- La Tristesse, élément Métal et organes Poumons. (Saison de l'automne)

Elle a pour effet, dans sa version négative, d’épuiser le Qi, Dans cette hypothèse, la tristesse est apathique. La personne se ferme aux autres, se replie sur elle-même et voit tout en noir. Un deuil non fait par exemple peut aboutir à ce type de tristesse rétractée.

Voici en détail ce qui peut la caractériser :

- elle est le plus souvent en lien avec une attitude apathique et résignée. La personne n'a pas l'élan et la foi nécessaires pour sortir de son état. Ce n'est pas une acceptation qui permet de tourner la page et de passer à autre chose. On est plus ici dans la résignation que dans l'acceptation.

- Elle est de nature rétractée. La personne se ferme aux autres et à la vie de manière générale. L'esprit d'ouverture et la capacité d'émerveillement sont le plus souvent éteints.

- L'énergie est souvent tournée vers le passé. C'est une tristesse nostalgique, enveloppée de regrets voire de remords. La personne est peu focalisée sur le présent et encore moins sur l'avenir.

- Cette tristesse est enfin assez aveuglante. Elle fait perdre de vue l'essentiel. On ne voit plus que le gris alors que la réalité contient aussi du blanc et du lumineux. Dans sa version plus constructive, plus positive, elle déclenche la compassion qui permettra une prise de conscience, qui pourra engendrer une action en général bienveillante. Vous voyez par exemple une personne en difficulté. Cela vous attriste. Cette tristesse dans son acception positive va déclencher de la compassion et une envie de venir en aide à cette personne. L’émotion devient une action gratifiante pour vous.

Analysons ses principaux caractères :

- cette tristesse est plus dilatée, elle est tournée vers les autres. On accepte de l'aide, on se confie. On en profite pour s'ouvrir plus facilement qu'à l'accoutumée. On ouvre sa porte et son Cœur.

- Elle pousse à agir, elle n'est pas apathique. L'action, de nature résiliente, pourra être orientée vers soi même ou vers les autres.

- C'est une émotion de nature assez empathique. A travers ma propre tristesse, j'éprouve et j'expérimente la tristesse que peuvent aussi ressentir les autres.

- Elle n'est pas fermée totalement au présent et au futur. Elle focalise plus sur ce qu'il nous reste, sur ce qui nous entoure plutôt que sur ce que n'avons plus ou sur ce que nous avons perdu.

- Elle nous recentre sur l'essentiel. Après un événement difficile, quand la tristesse est vécue sur un mode positif, nous pouvons nous sentir recentré sur ce qui est prioritaire et important pour nous. Cette forme de tristesse a un effet condensant, en nous permettant de ne plus nous disperser dans le futile et l'éphémère. Elle nous aide surtout, par son lien avec l'énergie du Métal, à faire du tri entre ce que voulons et ce que nous ne voulons plus.


Le Métal : garder l'équilibre

Il est structurant, condensant, ce qui donne un cadre à nos flux d'énergie. Quelles sont alors les attitudes positives à adopter pour équilibrer son Métal?

1. La première qualité du Métal c'est l'organisation, la structure, le sérieux. Mettre de l'ordre dans ses affaires, dans sa Vie, faire du tri entre ce qu'on veut et ce qu'on ne veut plus est de nature à équilibrer le Métal. La procrastination, la difficulté à décider, la propension à remettre au lendemain ce qu'on doit trancher aujourd'hui affaiblissent cet élément.

2. Respirer. Aller prendre l'air, humer à pleins poumons, faire de la respiration consciente. Voilà de quoi parfaitement nourrir le Métal qui est en lien avec le Poumon. Le vieillissement est lié en partie à l'oxydation due à un manque d'oxygénation. Un souffle court est de nature à occasionner un vieillissement prématuré par acidification de nos cellules.

3. Le Métal étant l'élément le plus dense des 5 éléments, on l'associe à la protection. D'ailleurs, le Poumon est considéré comme l'organe protecteur en médecine chinoise en lien avec le WEI QI (QI protecteur). Une attitude juste est ici nécessaire pour que le Métal soit équilibré. La surprotection, la fermeture, l'absence de lâcher prise sont des signes d'un Métal déséquilibré, tout comme une trop grande naïveté, une incapacité à dire non et stop quand c'est nécessaire. Apprendre à poser des limites, à ne pas se laisser envahir permettront de trouver un juste équilibre entre une ouverture trop dilatée source de déperdition et une contraction trop protectrice qui empêche d'accueillir ce que le vie nous envoie. Notre société, agressive sous de multiples aspects, nous incite malheureusement trop souvent à nous surprotéger et à affaiblir ainsi notre élément Métal.

4. On associe aussi généralement le Métal à toutes les pratiques de type rituels. L'abandon des grands rituels de passage qui jalonnaient jadis la Vie, la baisse des pratiques religieuses qui comportaient une dimension rituellique forte ont affaibli notre Métal collectif. Pour rétablir l'équilibre, il est possible et sain de réintroduire cette dimension des rituels, peu importe la forme et le contexte. Ce qui pourra être tout simplement un espace personnel chez vous où vous pouvez en toute tranquillité vous recueillir et pratiquer rituels et prières de votre choix.

5. Quand le Métal est déséquilibré, la relation avec le corps est souvent plus compliquée, non assumée. Prendre soin de soi, se réconcilier avec son corps par les techniques qui vous parleront le plus équilibrent le Métal. Ainsi le massage, relié certes à la Terre, peut y contribuer également dans la mesure où, comme vous le savez, la Terre nourrit le Métal dans la théorie des 5 éléments.

6. Enfin, l'inspiration au sens métaphorique (à l'image de l'inspiration dans la respiration) aura aussi un rôle équilibrant. Laissez vous porter, inspirer par un écrivain, une personne au parcours unique, un sportif, peu importe...

Une des grandes causes de la faiblesse du Métal est notre propension à ne plus savoir admirer pour s'inspirer, à ne plus avoir de grands modèles pour nous servir de guide...



5- La Peur, élément Eau, organes Reins. (Saison de l'hiver)

Dans sa version négative, cette émotion a tendance à trop faire descendre l’énergie vers le bas, ce qui provoque à terme des déséquilibres.

Comme cette émotion est liée au Rein, quand la batterie énergétique de cet organe est épuisée, la peur peut prendre une forme chronique. On ressent alors insécurité, angoisse, stress au quotidien.

Cette émotion dans sa forme négative peut :

-bloquer, tétaniser et empêcher toute forme de réaction salutaire;

-enfermer : quand on a peur, on se replie sur soi, on ne s'ouvre plus aux autres.

-engendrer de l'agressivité. La peur utile, saine est la vigilance sereine. Celle qui nous permet de ne pas nous mettre en danger inutilement, celle qui stimule nos surrénales en douceur pour passer à l’action quand c’est nécessaire, qui nous donne le courage suffisant pour sortir de notre zone de confort.

Elle doit donc :

-stimuler l'action et ne pas la bloquer;

-engendrer le courage;

-nous permettre de dépasser notre zone de confort, ce qui à terme renforcera notre confiance en nous.


L'Eau : garder l'équilibre

L'Eau est le plus puissant des 5 éléments. Son déséquilibre peut faire pourrir le Bois, éteindre le Feu, inonder la Terre et faire rouiller le Métal. Il est le plus profond, c'est pourquoi il est relié au Rein qui est la Racine du Yin et du Yang, notre batterie énergétique profonde que nous devons préserver du mieux possible.

L'Eau est fluidité, mouvements, profondeur, puissance et sagesse.

Quels sont les attitudes et comportements susceptibles d'équilibrer cet élément?

1. L'Eau est mouvements, changements, mobilité. L'Eau stagnante se pollue très vite. Pour rester fraîche et consommable, l'Eau a besoin de rester vivante et mobile. L'excès de routine, l'immobilisme, la non remise en question sont de nature à détériorer la qualité de cet élément dans votre énergie. Changer ses habitudes, découvrir de nouvelles façons de penser, voyager, aller à la rencontre de gens différents, élargir son cercle habituel, sortir de sa zone de confort vont contribuer à dynamiser cet élément.

2. L'Eau est aussi l'élément des profondeurs, de l'intériorisation, de la Sagesse. C'est l'énergie la plus Yin qui va principalement se reconstituer la nuit et en hiver. La quête de sens, l'introspection, la méditation, la philosophie sont des pratiques et disciplines de nature à faciliter la connexion à notre "Source" intérieure, Source d'où pourra jaillir une eau limpide, en résonance avec nos vrais besoins et nos aspirations profondes.

3. Le Rein et donc l'Eau régissent aussi la sexualité. La frustration, l'absence de vie sexuelle, tout comme les excès (d'éjaculations chez l'homme et d'orgasmes clitoridiens chez la femme) ou les pratiques non respectueuses peuvent causer des dommages à cet élément. Les pratiques enseignées dans le cadre de la sexologie traditionnelle chinoise notamment, fondées sur une complicité et un épanouissement florissant du Yin et du Yang équilibrent cet élément.

4. L'Eau a besoin de liberté pour circuler et traverser ainsi nos vallées verdoyantes et irriguer nos vergers et champs. Toute ce qui peut vous libérer de vos chaînes, de vos contraintes, de vos schémas habituels, de vos obligations non consenties est de nature à stimuler ce besoin de liberté inhérent à l'élément Eau.

5. Enfin, l'Eau comme le Rein est relié aux oreilles et donc aussi à l'écoute. Développer ses qualités d'écoute, savoir écouter sont en résonance avec cet élément. L'écoute vraie suppose un silence offert, un silence qui n'est pas absence mais présence à l'Autre. Pour l'écoute vraie, tout est vrai.... même le mensonge dans sa vérité d'être un mensonge.N'oublions pas que l'Eau est indissociable du Feu dans l'axe de la Vie. Une Eau trop froide se fige en glace. Cultiver un Feu et une chaleur équilibrés vont favoriser l'Eau. La Passion de la Vie, la chaleur de la la joie sereine contribueront à l'épanouissement de l'Eau qui sera ainsi tempérée dans sa propension naturelle à se refroidir.


Sources :

-page facebook de Vincent Pollet, naturopathe

-http://bouddhisme-universite.org/yin-yang/


Notes :

Le Yang est associé aux aspects positifs, actifs, brillants, ensoleillés.

Le Yin est associé à la dissimulation et à la négativité ainsi qu’aux aspects sinistres et traîtres.

Le Qi est "l'énergie" présente partout, qui nous affecte où que nous soyons.

27 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page